Version FrançaiseEnglish Version
Fondation de FranceParc de la Villette

Compagnie Rêvolution

Compagnie Rêvolution

Chorégraphe : Anthony Égéa
Région : Aquitaine
Ville : Bordeaux
Contacts  : Benjamin Lavigne, Olivier Costinot, Kheira Mehalli : 05 56 69 71 76
cie.revolution@wanadoo.fr
Site internet : www.cie-revolution.com

Descriptif de la Cie

Anthony Égéa fonde en 1991 la Compagnie Rêvolution. Outre la danse hip hop, il souhaite s’enrichir d’autres techniques. Grâce à l’obtention de la bourse chorégraphique du Ministère de la Culture, il se forme à l’Ecole Supérieure Rosella Hightower de Cannes. Également lauréat de la bourse Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères, Anthony Egéa suit une formation au Dance Theater de Alvin Ailey à New York. Depuis 1999, ses créations en font évoluer le style en confrontant son vocabulaire à d’autres langages. Aussi a-t-il choisi les voies de la transformation, pour, au fil des pièces et des projets remettre en question le mouvement en développant des formes hybrides, qui s’écartent des conventions et des attendus. Depuis 2002, il dirige par ailleurs le Centre de Formation Professionnelle pour Interprètes hip hop de la Compagnie Rêvolution.

Créations

Amazones

2003

Pièce reposant sur une esthétique et une démarche atypique.
La sensualité des danseurs et des danseuses vient se frotter à un monde où nombre de tabous persistent. La danse hip hop se régénère dans des postures nouvelles, notamment autour des spécificités corporelles des femmes. Provocatrice et dérangeante, cette création a suscité de nombreuses réactions et s’est faite remarquée à chacune de ses représentations.


Soli

2005

Spectacle abordant la thématique du solo à travers trois interprètes alliant la virtuosité à la force des émotions. Loin du spectaculaire, les soli renouvellent la forme esthétique de la danse hip hop en la libérant de sa codification. Dans un mouvement solitaire où se manifeste le patrimoine des souvenirs et des sentiments individuels, il s’agit de provoquer une rencontre entre l’artiste et le spectateur.


Urban ballet

2008

Pièce pour 10 danseurs
En tournée

Pièce grand format pour 10 danseurs réunis autour de 4 oeuvres musicales (d’Antonio Vivaldi, Maurice Ravel, Iannis Xenakis et Franck II Louise), Urban ballet évoque une danse urbaine qui allie technique hip hop et finitions classiques afin de dévoiler la sculpture corporelle. A l’instar du ballet classique, Urban Ballet se compose de quatre actes qui donnent à voir quatre incarnations du corps.


Clash

2009

Pièce pour 2 danseurs
En tournée

Clash confronte deux hommes à un territoire vierge. C’est un combat, un débat de corps pour le partage d’un sol, accompagné par les sons de Franck II Louise. Entre déséquilibres et harmonie, complicité et haine, la rencontre des deux danseurs permet à Anthony Egéa de donner à la gestuelle qu’il développe force et émotion.


Dog Men G

2010
Création pour la biennale Danse l’Afrique Danse, à Bamako (Mali).

Lors de la tournée de Soli en Afrique, Kettly Noël et le Centre Culturel Français de Bamako en ont profité pour permettre une rencontre entre Anthony Egéa et une compagnie de jeunes danseurs hiphop, les Dog Men G. De cette rencontre est née l’envie d’un spectacle commun qui sera présenté lors de la Biennale Danse l’Afrique Danse.


Tetris

2010
Pièce pour 20 danseurs

Rencontre inédite entre le hip hop et les danseurs du Ballet de l’Opéra de Bordeaux, cet opus transforme la technique classique en y apportant des effets propres à la danse hip hop. Eléments de percussions les pointes des danseuses sont prétextes au jeu ; la danse classique est bousculée, accélérée, dévergondée.


Rage

2012
Pièce pour 7 danseurs

Anthony Egea a un projet de création avec des artistes africains : le spectacle Rage portera un hip hop métissé de danse traditionnelle africaine, de danse contemporaine ainsi que de Krump, véritable danse de rébellion, qui prend tout son sens chez des danseurs venus du Sénégal, du Burkina Faso, du Gabon et de Centre Afrique.


Dorothy

2012
Solo

Pour la première fois Anthony Egéa s’aventure dans le monde des enfants, puisant dans ses souvenirs du Magicien d’oz, grand classique de la littérature enfantine. Entre rêverie et réalité, le voyage initiatique de Dorothy s’apparente à celui d’une jeune fille, d’un chemin à travers rencontres atypiques et surprises, obstacles et difficultés. Pour Dorothy, l’interprète Emilie Sudre emploie le vocabulaire hip hop pour transporter et transposer ce conte vers une nouvelle lecture. Une création contemporaine ouverte sur nos réalités visuelles : un univers graphique, moderne, déroutant et imprévu.

R