Version FrançaiseEnglish Version
Fondation de FranceParc de la Villette

Compagnie Magali Duclos

Compagnie Magali Duclos

Chorégraphe : Magali Duclos
Région : Ile de France
Ville : Montreuil
Contact  : Sophie Le Guillou / 06 20 97 73 15 ciemagaliduclos@hotmail.fr
Site internet :http://www.magaliduclos.com/bio.html

Descriptif de la Cie

Magali Duclos fait connaissance dès sont plus jeune âge avec la danse. Dès 2 ans elle suit des cours d’éveil corporel et musical et est formée par son père au Yoga. Puis suit le conservatoire de 6 à 13 ans pour y apprendre le solfège, la guitare, le piano et la danse classique. A 15 ans qu’elle découvre le hip hop. Avec son groupe « les Daltons », elle présentera au festival des rencontres urbaines de la Villette et au festival Suresnes cité danse en 2001 le spectacle « La ballade des daltons ». Reconnu par ces performances en « battle », elle sera appelée à voyager dans le monde entier pour participer aux compétitions les juger et donner des stages. Elle est retenue aux auditions de Suresnes par la chorégraphe Nathalie Pernette. Une tournée nationale et internationale s’en suit avec le spectacle « Délicieuses » (150 représentations) et « La flûte enchantée » (100 représentations). Elle fera également la reprise de rôle de « Carmen » de la Cie contemporaine de Denis Plassard. Elle travaille à partir de 2006 avec la chorégraphe hip hop Stéphanie Nataf dans le spectacle « Zou », en 2007 elle rencontre la metteur en scène Mireille Laroche pour un spectacle intitulé « Variation autour de la viole » avec un chanteur et une musicienne baroque, puis en 2008 la compagnie Par terre avec le spectacle « l’esprit souterrain ». C’est en 2004 qu’elle monte son premier solo intitulé « Jeux d’enfants » qui parle d’une rencontre entre une danseuse avec une marionnette, en 2005 « Namaste » un duo avec Claire Moineau, puis en 2009 « Comment Shiva », un solo inspiré de symboles de l’Inde. En 2010-2011, elle créée « LA-HAUT », son troisième solo.

Créations

Jeux d’enfants

2004
Solo

« Une salle vide, la nuit : un terrain de jeu déserté par les enfants et livré aux étranges résonances du silence. Au sol, deux silhouettes immobiles émergent dans la pénombre : une poupée et un pantin ont été oubliés là. Contre toute attente, la poupée rompt doucement l’immobilité. Ses doigts, sa main, son bras, sa tête s’animent tour à tour. Peu à peu une irrépressible énergie s’empare de tout son corps. La poupée se lève, s’agite, s’emballe et finit par s’écrouler, atone, près du pantin. Ce dernier regarde l’importune qui tourne la tête vers lui. Les regards se croisent, se fuient, s’affrontent dans un face à face survolté. Très vite, le pantin et la poupée luttent l’un contre l’autre, physiquement et violemment. Le combat est obscur, fougueux, destructeur. Nul ne peut être vainqueur. Le retour à l’inertie en est la seule issue. Une inertie chargée du souvenir confus de la violence des jeux d’enfants. »

Stéphane Vallé Septembre 2004


Comment Shiva

2008

Un être est là. D’où il vient, qui il est, nul ne le sait. Un être qui semble sans âme et sans pensée mais paisible. Il est en train d’accomplir machinalement les actes de sa vie quotidienne. Il avance de façon lente et particulière. Sans jamais toucher le sol sur ces deux morceaux de bois. Cela lui complique la vie, il fini par perdre patience, s’énerve et en perd un morceau de bois. Sur son seul morceau de bois il ne peut plus avancer.

N’ayant plus le choix et devant continuer sa marche il décide de partir explorer l’inconnu. Mais les chemins s’ouvrant à lui sont multiples. Il ne sait plus où aller.

Quand soudain lui apparait Shiva, être complexe et contradictoire, venant semer le trouble dans son esprit.

L’être simple d’esprit se met alors à réfléchir et à se poser des questions. Toutes ces questions commencent à le perturber au point de ne plus réussir à faire quoi que ce soit. Il décide alors de partir en quête de la vérité. Ayant peu de connaissances et une perception erronée de la vie, il ne sait quel chemin choisir. Décidé à trouver la vérité et ne la trouvant pas il va petit à petit craquer, jusqu’à devenir complétement fou.

Epuiser par sa quête, il va s’arrêter un instant et c’est à ce moment précis qu’ il va réaliser que la vérité n’est pas si loin qu’il pouvait penser mais bien plus prés qu’il ne pouvait imaginer.


Là-Haut

2011
Solo

Déchiré entre le présent et le passé, il passe d’un temps à l’autre. Partagé entre ses souvenirs et l’absence de l’autre. Ne voulant pas admettre que le passé est passé. Torturé par la solitude, il invente un présent nourrit du passé, s’invente des histoires, il se dit :

« Non rien n’est triste… dansons… Je veux danser Comme avant, comme demain, comme toujours. Je te sens, je te vois, je t’entends Tu es là, à coté de moi Juste ça, et je suis bien Dansons, dansons pour oublier que le temps avance… »

Mais la réalité lui revient. Il est seul. Il faut se résigner, accepter. Plus rien ne vaut la peine. Il vaut mieux laisser passer le temps et attendre notre tour. Magali Duclos


Petite conférence insensée pour femme sensée

2012 / 2013

Un conférencier entre suivi de son assistante qui lui installe « maladroitement » son pupitre et ses notes… Il commence son discours. Son thème du jour sera « La Femme ». Un sujet inspiré par cette assistante qui s’avère être une danseuse dans l’incapacité de prendre la parole, il en profite pour se mettre en valeur et les rapports de force entre ces deux là semblent déjà bien établis. Cependant bien vite on comprend que rien ne se passera comme il l’avait prévu. Et le fil de la conférence se perdra au fur et à mesure que naîtra entre eux deux un vrai rapport,un rapport Homme/Femme, grâce à une succession de séquences dansées, slamées et clownesques. le conférencier et son étrange assistante se découvrent sous un autre jour et sous le regard du public ! Elle, fascinée n’aspirera plus qu’à une seule chose : le séduire Lui, troublé n’aspirera qu’à une seule chose : tenter de mener à bien sa conférence, Cette conférence se devait d’être solennelle et sérieuse mais deviendra petit à petit loufoque et insensée.

PDF - 1.4 Mo
Dossier petite conférence insensée pour femme sensée

M