Version FrançaiseEnglish Version
Fondation de FranceParc de la Villette

Abécédaire des Cies

Collectif CdansC

Activité de la compagnie : de 2005 à 2012.

Voir aussi : Cie Amala Dianor et Cie Yma

Chorégraphe : Chloé Hernandez/Orin Camus/Amala Dianor
Région : Pays de la loire
Ville : Angers
Site internet : www.collectif-cdansc.com
 

Descriptif de la Cie

Le Collectif CdansC est le fruit d’une rencontre entre Chloé Hernandez, Orin Camus et Amala Dianor, trois danseurs de cultures différentes ayant le même désir pour la recherche chorégraphique. Utilisant les brèches des danses contemporaines et hip-hop pour les laisser s’influencer l’une l’autre, puis finalement s’ouvrant à d’autres arts, CdansC crée un univers mosaïque et renouvelle l’identité de sa pratique chorégraphique en un moyen d’expression propre. Le collectif regroupe des personnes de tous horizons (vidéastes, musiciens, metteurs en scène, créateurs lumière…) ainsi que plusieurs lieux de création, et naît du désir de se réunir, de réunir les énergies, les corps et les pensées. Ouvrir un espace commun pour s’exprimer, tester, rencontrer l’autre, se confronter ou s’accorder, apporter un témoignage commun ou propre à chacun, créer du matériel … du sens.
"2012 marque une étape dans nos parcours : après sept ans de fructueuse collaboration, nous prenons chacun notre chemin. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer la création de nos compagnies respectives, la compagnie Amala Dianor ainsi que celle de Chloé Hernandez et Orin Camus, la compagnie Yma."

Créations

Tranche de Vies

2005

De la rencontre entre deux cultures, deux corps dansants et deux individualités, naît cette création académique et expérimentale, un duel entre émotion et virtuosité. Dans un univers poétique, cette pièce montre « l’espace théâtre » où règne l’artifice, l’art du masque et de la dissimulation. Dans une variation de silences et de rythmes intenses, « Tranche de vies » nourrit les filiations entre la danse hip hop et la scène contemporaine. « On dirait que ce que ces hommes entreprennent de faire n’est pas si important. Qui sont-ils ? Qu’est-ce qui les unit ? » - « être ensemble leur suffit ».



lun@.rêves

2006

« Au début il y avait moi, j’étais le rythme, la vie… ». Une petite étoile commence par écrire cette phrase, puis le trait dessine, la couleur envahie la toile, une animation vidéo projette le décor en fond de scène et entraîne les spectateurs dans l’imaginaire d’une petite fille, celui de Lun@. Son lapin en peluche fait le « moon-walk », des épouvantails prennent vie … le rêve parfois menaçant se transforme en quelques étincelles en un instant magique et exaltant. "lun@.rêves est un « Conte dans C » où les danses classique, contemporaine et hip hop se mêlent aux acrobaties, et au burlesque."



Engin ar

2008
Collaboration avec la compagnie Çıplak Ayaklar Kumpanyası, Istanbul

Huit âmes différentes, huit corps différents, une relation déclinée au rythme des multiples de huit… Une variation sur l’amour, en dépit des tabous, de l’honneur, des religions, des langues et des races….



List’ic

2009

« …autour d’un instrument, d’une machinerie intelligente et créatrice, d’une entité, un rendez-vous… » Elle se nourrit de rythmes, d’émotions, d’images et d’énergies. Le couple s’y retrouve, puise en elle ses souvenirs passés, y fait un état des lieux personnel et amoureux. Matrice de leur être, ils y ré-interprètent leur monde. Entre eux il y a le rythme, comme un battement de coeur parfois nerveux ou sensuel, il devient le prolongement de chaque individu et de leur relation. S’il s’arrête, c’est la chute. Et après ? Elle et lui résistent, « l’autre » est la relation précieuse, dans une physicalité extrême, ils traversent l’existence sans complaisance. Le souffle devient tempo, laisse sortir leur voix, la vie est en germe, resurgit, appelle et reconstruit… l’équilibre prend sens… Ce qui se dit ici est intime."


Circle Moods

2011

Circle Moods interroge l’enfermement sous toutes ses formes, la solitude et ses limites… La censure que l’homme s’impose, la lutte pour gagner sa liberté. Le personnage est face à lui-même, face à ses sensations, il soulève un à un les voiles qui l’aveuglent, révèle sa mémoire, ravive sa pensée, il se rapproche de lui… il aperçoit le reste du monde. C’est la lenteur au service de sa propre écoute intérieure. Le geste s’insinue avec douceur, il prend le temps d’apparaître pour s’harmoniser. Le souffle est retenu et finalement s’écoule… comme un soulagement.

’Circle Moods’ [Extraits] from Mikael Arnal on Vimeo.