Version FrançaiseEnglish Version
Fondation de FranceParc de la Villette

Abécédaire des Cies

Compagnie Vice Versa

Chorégraphe : Luc Moka
Région : Normandie
Ville : Sotteville les Rouen
Contact  : lucmoka.viceversa@orange.fr
Chargée de communication : Corinne Abdillah / corinneabdillah.viceversa@laposte.net
Technique : Cyrille Schmitt / cyrille.viceversa@gmail.com
Site internet : www.compagnieviceversa.com

Descriptif de la Cie

Fondée en 1994 par Luc Moka, chorégraphe, la compagnie Vice Versa investit la scène et la rue avec des créations hip-hop- contemporaines alliant art plastique, vidéo, sculpture, danse et création musicale.
Vice Versa est installée à Sotteville-lès-Rouen, en Haute Normandie, où elle développe des ateliers de danse, des stages hip-hop-contemporain. Parmi ses créations :Nomade, Couleur d’une voix, Saison d’être, Sous le préau, Pas perdu, A contre-fil, l’Ô delà, Chut et Voix off

Créations

O-delà

2007

Au son du "RHOMBE" qui fait vibrer l’air et sur des paroles aborigènes propices aux rêves, un trio de danseurs nous plonge dans l’univers sensible et sensoriel des quatre éléments.
L’o-delà ou "le temps des rêves" amène le spectateur à une réflexion profonde sur le comportement social superficiel et nous renvoie à l’essentiel de la vie, hors des limites traditionnelles de la scène et au-delà de la danse.


Chut !

2009

Chut ! témoigne de la quête de l’identité de l’individu regardé, jugé, ciblé dans la société.
Son langage chorégraphique exprime par le corps ce que l’on ne peut pas crier.
« Chut !! » c’est être à l’écoute du silence du mouvement, des tourments intérieurs pour évoluer vers une formidable énergie vitale du corps qui exprime l’affirmation de soi et des autres, une lutte engagée pour les droits de chacun.
Un message de non violence contre l’oppression, l’inégalité.


Voix Off

2011

VoiX Off est un spectacle conçu avant tout pour la rue, il est à la rencontre du Hip-Hop et de la danse contemporaine. Nous avons voulu en faire une représentation vivante, où chaque lieu à investir suivant l’axe de la prestation vis-à-vis du public, frontal ou circulaire, puisse nous servir à repenser la chorégraphie, pour optimiser le lien avec les spectateurs. Nous voulions ainsi défier les lieux, s’y implanter, au c ?ur même des villes, dans les endroits les plus incertains, pour justement créer des liens impromptus. Attirer les regards, susciter la curiosité et peut-être même désorienter le passant, les passants dans toutes leurs diversités.

L’écriture est au centre de la chorégraphie, les danseurs dans leurs mouvements gravent au sol une boussole, dans un cercle finalisé et de part les quatre points cardinaux, ils se meuvent, bougent, avec force et frénésie, à la recherche d’un échappatoire, une rue, une voie, une issue. L’ensemble des pas et des figures tout entier se nourrissent du symbole de ce champ magnétique visuel,les corps tels des aiguilles aimantées, ondulent librement en quête d’une voie de navigation, d’un cap où tout serait encore possible.